mardi 13 février 2018

Pas de pitié ! par Alain de CHARENTE

TERRORISME

I
l est un sujet qui actuellement fait débat, fait couler beaucoup d'encre et de salive : c'est celui du retour, hélas probable, sur le sol national de ressortissants paraît-il Français qui se sont rendus au Proche Orient pour rejoindre les rangs de l'état islamique auquel ils ont prêté allégeance et, donc, adopté la cause. Ils ont été capturés par les forces militaires qui ont combattu Daesh et préféreraient être extradés en France plutôt que d'être jugés et condamnés sur place par une justice sans doute plus expéditive et moins dorloteuse que la nôtre.

L
'émoi est donc à son comble devant les risques encourus par ces volontaires au djihad qui supplient les autorités ou exigent d'elles de bien vouloir les rapatrier d'urgence au pays. Ils trouvent désormais ces contrées exotiques nettement moins folichonnes que lors de leur arrivée pour y jouer les soldats d’Allah, Coran dans la poche, kalachnikov et couteau d'égorgement en bandoulière, l'adrénaline et le jouissif sentiment de puissance ayant désormais laissé la place à la peur du châtiment.

Le conflit contre l'état islamique a déjà coûté la vie à des milliers, si ce n'est des millions d'êtres humains. Et même si l'on ne comptabilise pas les pertes humaines dans les rangs de cette organisation terroriste, pertes sans aucune importance sauf à considérer que moins ils sont nombreux, mieux c'est, il n'en reste pas moins vrai que nombreux sont celles et ceux qui ont perdu la vie. Soit assassinés par les barbares de l'E.I, soit victimes innocentes des bombardements « ciblés » de la coalition qui ont sans doute éliminés de la vermine, mais aussi homicidé des populations non belliqueuses  puisque les bombes larguées sur des positions ennemies occasionnent des dégâts collatéraux inévitables dont les civils sont les premières victimes.

Nous sommes donc d'accord pour convenir et admettre que cette lutte contre le terrorisme et l'obscurantisme islamiste puisse occasionner de nombreuses victimes innocentes qui se chiffrent par centaines de milliers, sans que cela ne nous émeuve particulièrement. Mais nous avons des états d'âme de midinette et nous nous apitoyons, les yeux humides, devant le risque que quelques individus coupables ou complices de massacres abominables subissent un juste châtiment pour des crimes commis ou cautionnés au nom d'une idéologie particulièrement sanglante et meurtrière !

Devant tant de cruauté sadique inqualifiable, la contrition, la pitié, l'émotion,  ne peuvent en aucun cas être une réponse et devant la gravité et l'horreur des abominations commises, il ne doit y avoir de place ni pour le repentir, pas plus que pour le pardon, l'absolution ou les circonstances atténuantes.

Ce comportement émotionnel inconséquent et pitoyable de certains de nos compatriotes, y compris et surtout de membres du gouvernement prêts à éclater en sanglots et qui ont à gérer cette boule puante, est bien la preuve que le gagnant de cette guerre asymétrique est sans conteste le terrorisme islamiste. Car malgré qu'il soit défait sur le terrain militaire, il est largement vainqueur sur celui de la pensée et nous lui montrons sans aucune honte notre manque de courage et d'autorité, notre renoncement.
Des faiblesses qu'il ne pourra qu'exploiter à son profit puisqu'il ne peut que renaître de ses cendres en faisant chaque jour de nouveaux adeptes.
Y compris dans nos sociétés civilisées puisque nous produisons sur notre sol le terreau particulièrement fertile pour l'alimenter.

Il est juste possible de se poser la question de savoir si en tergiversant et en créant des polémiques stériles et puériles sur le retour, même sous conditions, de ces mercenaires assassins ou complices, nous sommes lâches, inconscients ou hypocrites , mais il est hélas fort probable que nous soyons les trois à la fois !

Si vraiment le gouvernement voulait se montrer à la hauteur sur ce dossier et nous prouver qu'il fait de la lutte contre le terrorisme une priorité, il devrait toutes affaires cessantes organiser un référendum populaire avec une question simple : « Faut-il OUI ou NON rapatrier les djihadistes Français détenus au Proche Orient sans aucune distinction de sexe ou d'âge ? »

►Et au terme de cette consultation adopter la formule plébiscitée par le plus grand nombre  au nom de la démocratie participative. Chiche !...■




PROPOSER UN ARTICLE

Adressez votre texte à fpi-legaulois@gmail.com

Il ne doit pas excéder une page (en Word)

Les propos ne doivent pas contrevenir aux Lois en vigueur

Vous pouvez signer de votre propre nom ou prendre un pseudonyme

CHOISISSEZ VOTRE RUBRIQUE

POLITIQUE ECONOMIE INTERNATIONAL ARMEE HUMOUR CULTURE PATRIMOINE IMMIGRATION TERRORISME COMMUNIQUÉS TRADITIONS

L’islam est la seule « religion » au monde

qui s’attaque à tous les Peuples de la Terre.

Combattez-le !... pour notre survie.