vendredi 17 juin 2016

Hollande à 7% : la rançon de l’imbécillité

SONDAGE
Jamais personne n’aurait songé à traiter les précédents présidents de la République d’ « imbéciles ». De tous les autres noms d’oiseaux imaginables, peut-être. Effectivement, de De Gaulle à Sarkozy en passant par Pompidou, Giscard, Mitterrand et Chirac, le qualificatif eut passé pour le moins inapproprié. Mais avec l’actuel squatter de l’Élysée, les choses ont bien changé… et force est de reconnaître que, ânerie après ânerie, celui-ci fait tout ce qu’i faut pour le mériter !


Selon une enquête TNS Sofres OnePoint pour RTL, LCI et Le Figaro, le « président » de la République continue de s'enfoncer dans les sondages. Il est en cinquième position des personnalités que les électeurs de gauche « aimeraient » soutenir en 2017.

Ce samedi, le conseil national du PS débattra sur la nécessité d'organiser une primaire à gauche dans la perspective des élections présidentielles de 2017. L'issue de ces débats pourrait bien dicter l'avenir politique du « président » de la République.


Si François Hollande devait en passer par une primaire, il serait en effet écrasé par ses concurrents, selon une enquête TNS Sofres OnePoint pour RTL, LCI et Le Figaro. Premièrement, une immense majorité (86%) des électeurs de gauche réclament cette sélection interne. « L'intensité avec laquelle les électeurs de gauche réclament une primaire montre qu'ils ont besoin de se trouver un candidat, et surtout de répondre à ce que doit être vraiment la gauche », explique au Figaro Emmanuel Rivière, directeur du pôle études politiques de TNS Sofres.


Au moment de désigner leur candidat idéal, ces électeurs de gauche ne citent le nom du président qu'en cinquième position. Le meilleur champion serait Mélenchon (35%),  suivi de Hulot (23%), de Valls (21%) et de Macron (20%). Hollande arrive en dernier avec 19% des votants.


Pire, sur l'ensemble des Français, le président socialiste ne récolterait que 7% des voix ! Il ferait donc partie des petits candidats qui tentent d'exister face aux ténors, comme Emmanuel Macron, qui domine ce classement (31%). « La gauche revisite le quinquennat à l'aune de deux éléments : la loi El Khomri, qui l'a profondément divisée et irritée, et la quasi-certitude que la victoire en 2017 n'est pas l'option la plus certaine », estime Emmanuel Rivière.


Du coup, une certaine radicalité devient fédératrice à gauche, comme en témoigne le score de Mélenchon. Et pour tenter d’échapper à cette « primaire à gauche » tant attendue des militants socialistes, Hollande est prêt à tout : cette semaine, par exemple, la justice a débouté trois militants socialistes qui voulaient contraindre le PS à respecter les statuts du parti en organisant une primaire. Imbécillité, vanité et prétention sont ici les maîtres-mots élyséens. Et on imagine sans peine les sobriquets dont les militants socialistes doivent affubler ce personnage prêt à nuire à son propre camp pour satisfaire son inconsciente prétention.

Comme quoi il n’est pas suffisant de lever le menton avec un air faussement martial lors des commémorations pour être considéré comme un « grand homme qui marquera l’Histoire »…
Avec Source



L’islam est la seule « religion » au monde

qui s’attaque à tous les Peuples de la Terre.

Combattez-le !... pour notre survie.