mardi 12 avril 2016

Anneau de Jeanne d’Arc : vers une nouvelle Guerre de Cent Ans

ACTUALITÉ
Selon son avocat, Philippe de Villiers encoure jusqu’à six ans de prison et une amende d’un million d’euros pour « détournement de bien national », d’après la loi britannique. Ben voyons !...
L’ANGLETERRE DÉCLARE LA GUERRE À PHILIPPE DE VILLIERS

Selon RTL, le fondateur du Puy du Fou aurait été sommé de rendre la précieuse relique de la Pucelle d’Orléans à nos meilleurs ennemis. S’il n’obtempère pas d’ici quinze jours, il pourrait être inculpé de détournement de bien national.



« L’anneau est en France, et il y restera ! », lançait comme une provocation aux Anglais, Philippe de Villiers le 21 mars dernier. Deux semaines après le retour de la relique de Jeanne d’Arc en terres françaises, les Britanniques reviennent à la charge. Selon les informations de RTL, des démarches judiciaires auraient été lancées par le National Council of Arts (Conseil des Arts britanniques) afin de récupérer cette « pièce majeure de l’histoire de l’Angleterre ».



Achetée à Londres en février dernier lors d’une vente aux enchères par le Puy du Fou, la relique avait été aussitôt réclamée par l’Angleterre. Deux jours avant son arrivée triomphale en Vendée, les Britanniques avaient adressé une mise en demeure au fondateur du parc vendéen, Philippe de Villiers. Aujourd’hui, deux musées anglais sont sur le point d’exiger la saisie conservatoire de l’anneau par les douanes françaises et sa mise sous séquestre avant que l’affaire ne soit réglée devant un tribunal.

SIX ANS DE PRISON ET 1 MILLION D’EUROS D’AMENDE

Anneau de Jeanne d'Arc
Les deux institutions britanniques réclament instamment son retour Outre-Manche s’appuyant sur l’absence de licence d’exportation qui aurait dû être assujetti à l’anneau. « Ce bijou fait partie intégrante du patrimoine anglais (…). C’est un objet à haute valeur symbolique », plaident les représentants du National Council of Arts, dans une lettre adressée à l’avocat londonien du Puy du Fou, Me Alexandre Terrasse.

Une requête à laquelle les Vendéens n’ont aucune intention de se soumettre. Ils ont déjà lancé les démarches pour obtenir une licence d’exportation afin de conserver « ce petit bout de France revenu en France », comme l’a expliqué Philippe de Villiers au micro de RTL. Qu’importe le prix, l’ancien député européen est prêt à aller jusqu’au bout plutôt que de « livrer Jeanne d’Arc une deuxième fois ».

Selon son avocat, Philippe de Villiers encourt jusqu’à six ans de prison et une amende d’un million d’euros pour détournement de bien national.

NOTES DU GAULOIS : QUELQUES RAPPELS HISTORIQUES

Azincourt
25 octobre 1415 : à la bataille d’Azincourt (Guerre de Cent Ans), Henri V, roi d’Angleterre, fait égorger les chevaliers Français prisonniers sur parole.
Fi de l’Honneur !

30 mai 1431 : Jeanne d’Arc est brûlée à Rouen après un inique procès en sorcellerie que tous les historiens s’accordent à dénoncer.
Fi de l’Honneur !

15 juillet 1815 : Napoléon se rend volontairement à une entrevue diplomatique sur le navire britannique, le « Bellérophon », pour discuter des conditions relatives à son abdication après Waterloo (1). Le gouvernement britannique en profite alors pour le faire arrêter et conduire à Sainte-Hélène.
Fi de l’Honneur !

Mai-juin 1940 : 35.000 soldats français sont capturés par les Allemands dans la poche de Dunkerque. La marine britannique avait refusé de les évacuer. Certains soldats, qui avaient malgré tout réussi à embarquer, furent alors violemment rejetés à la mer.
Fi de l’Honneur !

3 juillet 1940 : par traîtrise, à Mers el-Kebir, la flotte britannique attaque la flotte française qui n’est pas en guerre, coule un grand nombre de bâtiments au mouillage et tue plusieurs milliers de marins français. Un vrai « Pearl Harbour » avant la date.
Fi de l’Honneur !

Année 2016 : les salades continuent avec « l’anneau de Jeanne » dûment racheté par Philippe de Villiers lors d’une vente aux enchères, alors que le gouvernement britannique aurait pu faire jouer son droit de préemption. Ce qu’il n’a pas fait.
Qui s’étonnera alors de l’expression « perfide Albion ».

SURCOUF AVAIT TOUT COMPRIS…

Surcouf
Lors d’un entretien, le capitaine d'un bâtiment de la Royale Navy s'adresse à Surcouf en ces termes :
« Vous, Français, vous vous battez pour l'argent. Tandis que nous, Anglais, nous nous battons pour l'Honneur ! »
Et Surcouf de répliquer :
« Chacun se bat pour ce qui lui manque. »


Grenadier
(1) Waterloo : 18 juin 1815 : Les bonnets à poils de la Garde britannique sont d’origine française. En effet, le soir de la « bataille de Mont-Saint-Jean » pour les Français (« Waterloo » pour les Anglais), des soldats appartenant aux « Coldstream Guards » (Garde britannique) avaient récupéré des « bonnets d’ourson » (sans plaque contrairement à ceux des Grenadiers) sur nos Chasseurs de la Garde tués au combat. Passant fièrement coiffés devant Wellington, ils lui demandèrent son avis. Ce à quoi, le général anglais répondit : « Puisqu’ils vous plaisent, gardez-les ! »
De ce moment, la Garde britannique intégra la coiffe de nos Chasseurs dans sa tenue de parade.

Alors, vous aussi messieurs les Anglais, rendez-nous nos bonnets de Chasseurs !

Chasseur




L’islam est la seule « religion » au monde

qui s’attaque à tous les Peuples de la Terre.

Combattez-le !... pour notre survie.