samedi 30 janvier 2016

La Turbie : haut-lieu de la Résistance aux Sarrasins

PATRIMOINE DE FRANCE
Durant le Haut Moyen-Âge (5ème au 10ème siècles), la région connaît de nombreuses incursions des Sarrasins finalement chassés du massif des Maures par Guillaume, Comte de Provence, en 973. Après le départ des Sarrasins, la région sinistrée revient à la vie ! (Vidéo)

Surplombant la Principauté de Monaco à 1.150m, comme un balcon suspendu au-dessus de la Méditerranée, la petite ville de La Turbie semble de loin flotter dans l'azur, dominée par son gigantesque Trophée d'Auguste (35 mètres de haut !).
Édifié il y a 2000 ans par les Romains pour glorifier l’Empereur Auguste, vainqueur des dernières tribus ligures, le Trophée d'Auguste mesurait à l'origine 49 mètres et était surmonté de la statue géante de l'Empereur.
Situé à La Turbie, sur l’Alpis Summa, frontière entre la Gaule et l’Italie et point stratégique sur la voie aurélienne, il célébrait l’unité et la puissance de l’empire romain.
Utilisé comme forteresse au 12ème, démantelé par Louis XIV, puis transformé en ... carrière de pierres, il a été depuis restauré par un généreux mécène américain du nom d'Edouard Tuck.

La Turbie au  Moyen-Âge
Les Sarrasins sont chassés en 973.
Durant le Haut Moyen-Âge (5ème au 10ème siècles), la région connaît de nombreuses incursions des Sarrasins qui essayent de déloger les Turbiasques. Ils sont finalement chassés du massif des Maures, d’où ils organisaient leurs incursions en Provence, par Guillaume, Comte de Provence, en 973. Après le départ des Sarrasins, la région sinistrée revient à la vie ! En 1029, La Turbie est incluse dans la communauté d’habitants de Peille dont le territoire inclut également Peillon, et le rocher de Monaco. Ces communautés d’habitants ont un terroir commun et sont unies religieusement sous la forme de paroisse.

Fierté de la ville, une visite du Trophée et de son petit musée d'Auguste s'impose : elle vous apprendra que le monument se composait d'une tour ronde entourée de colonnes doriques, posée sur un socle carré portant inscription des 44 peuples soumis au cours de la campagne d'Auguste.
Il ne reste aujourd'hui qu'une fraction de la tour avec ses colonnes et les niches intermédiaires où étaient placées des statues : mais ce sont de beaux restes, encore extrêmement impressionnant pour qui a un peu d'imagination !
Aux pieds du Trophée, le village de La Turbie a gardé quasiment intact le charme de son passé, dans une harmonie où se mélangent avec grâce les styles - médiéval, classique et baroque.

Des ruelles pavées  généreusement fleuries
aux belles maisons en pierres…
Quel plaisir de flâner dans ces ruelles pavées et généreusement fleuries aux belles maisons en pierres, souvent restaurées avec goût, après avoir franchi une porte taillée dans la muraille médiévale.
Passages sous voûtes, petites fontaines, fenêtre géminée, fontaine monumentale, belle église baroque à clocher carré recouvert de tuiles vernissées, les merveilles historiques sont nombreuses...
Quand vous serez rassasié d'histoire, place à la nature et à la vie au grand air. Car La Turbie dispose sur son territoire de sentiers à travers les collines - cimes de la Fourna et de la Tête de Chien - et de parcs - plateau de la Justice et Grande Corniche - d'où la vue vous coupera littéralement le souffle : sur le golfe de Vintimille (Italie), le Cap Martin, le Cap Ferrat, le Cap de Nice, Antibes, l'Estérel ... et parfois même la Corse par très beau temps ! Qui dit mieux ?

L’islam est la seule « religion » au monde

qui s’attaque à tous les Peuples de la Terre.

Combattez-le !... pour notre survie.