vendredi 12 avril 2013

Marine Le Pen défend le "made in France" au Salon de la Haute Façon

M
arine Le Pen, présidente du Front national, a défendu le "made in France" jeudi en visitant le "Salon de la Haute Façon" au carrousel du Louvre à Paris. Un salon qui rassemble une centaine d'exposants tricolores de l'industrie de l'habillement.
« Je suis venue pour les écouter, valider les analyses qui sont les nôtres, voir les obstacles au +made in France+ parce qu'on s'aperçoit qu'entre le dumping social, le dumping environnemental, ils courent avec des sacs de 100 kg sur le dos dans la compétition mondiale », a déclaré Mme Le Pen devant la presse.¢

« L’État ne donne pas les moyens aux Français de faire acte de patriotisme économique. Moi, je suis convaincue que les Français veulent acheter français, encore faut-il qu'on ne triche pas et qu'on mette en place un étiquetage qui soit réellement la garantie que lorsqu'on achète un produit, c'est du français. Si cet étiquetage n'existe pas, c'est à cause de l'Union européenne qui considère que c'est une forme de protectionnisme », a-t-elle précisé.

Affirmant qu' « il y a beaucoup de talents, beaucoup d'espoir et d'ouverture dans ces filières-là », Marine Le Pen a souhaité qu'on adapte la formation à la demande. « Ça n'a pas l'air d'être le cas d'après ce qu'on a pu entendre et nous allons mener une réflexion approfondie pour apporter des réponses à ce problème », a-t-elle ajouté.

« Il y a eu un saccage dans le textile en France avec l'ouverture des frontières aux Chinois », a-t-elle également déploré. « La résolution des problèmes du secteur textile passe aussi par la disparition de l'euro. La perte de la compétitivité est aussi la conséquence du dumping monétaire », a conclu la dirigeante frontiste.

Pendant une heure et demie, la présidente du FN a parcouru le Salon, discutant avec de nombreux exposants visiblement impatients de lui expliquer leurs problèmes.¢
Avec AFP

L’islam est la seule « religion » au monde

qui s’attaque à tous les Peuples de la Terre.

Combattez-le !... pour notre survie.