samedi 22 décembre 2012

La réforme de Valls provoque la grogne dans la Police


La grogne monte dans les commissariats depuis que les directions départementales de la sécurité publique ont commencé à convoquer chefs de service et syndicats pour leur parler de la dernière réforme envisagée Place-Beauvau.
Prétextant de « la rigueur budgétaire », le gouvernement déclare vouloir traquer les doublons et mutualiser les effectifs au sein d'un même district. En théorie donc, certains commissariats appartenant à un même département seraient réunis dans un souci d'efficacité. Sauf que sur le terrain, les fonctionnaires de police sont loin d'adhérer au mouvement et le terme de « désert sécuritaire » se répand comme une traînée de poudre.


Dans le département des Yvelines, les commissariats de Marly-le-Roi, du Vésinet et de Saint-Germain-en-Laye seraient regroupés au profit de ce dernier. Pour ce membre du syndicat Unité SGP Police, c’est la réforme de trop. Et tant pis si elle est proposée par un gouvernement de gauche : « On tente de faire des économies sur la sécurité, mais c’est un mauvais calcul. Bien au contraire, on doit recruter davantage, peut-être repenser mais maintenir les commissariats à plein régime et non les déshabiller pour en renflouer d’autres et faire un semblant de présence en quelque sorte. »

« Parce que, continue ce syndicaliste, qu’est-ce qui va arriver ? Mais ces commissariats où on va redistribuer et repenser les effectifs recentrés sur un autre lieu, ces petits commissariats, vont disparaître. Le week-end, ils seront fermés. La nuit, ils seront fermés. Il y a des gens qui seront obligés de faire 40 à 50 kilomètres pour aller déposer une plainte ».

D’un point de vue pratique, les changements envisagés risquent de bousculer aussi la vie familiale, les horaires et les trajets des policiers. Mais certains craignent surtout de voir disparaître des services entiers comme les brigades anticriminalité de nuit.
Avec RFI

L’islam est la seule « religion » au monde

qui s’attaque à tous les Peuples de la Terre.

Combattez-le !... pour notre survie.