jeudi 13 décembre 2012

Égypte : Morsi fait intervenir 3000 djihadistes étrangers pour mater l'opposition


Les médias n'en parleront pas, évidemment. Un récent article d’Al Akhbar est intitulé : «Morsi fait venir 3000 djihadistes d’Afghanistan, de Tchétchénie, de Bosnie, de Somalie et d'Iran pour former une armée islamique qui frappera la police et l'armée» d’Égypte.
Selon l’article, Ibrahim Ali, un avocat de différents groupes islamistes, a affirmé que 3.000 leaders et membres de groupes djihadistes et du tristement célèbre Groupe Islamique – y compris le frère de Khaled al-Islambouli, l'officier de l'armée qui a planifié et participé à l’assassinat du président Anouar el-Sadate, arriveront en Égypte dans quelques jours.


Ali a ajouté que la plupart de ces leaders viennent d’Afghanistan, de Tchétchénie, de Bosnie-Herzégovine, de Somalie, du Kenya, de l’Iran, et même de Londres. Des rapports similaires avaient été publiés en novembre. Ces djihadistes chevronnés sont peut-être déjà en Égypte. De surcroît, en août dernier, quelques jours après son entrée en fonction comme Président, Morsi avait libéré des détenus djihadistes appartenant aux deux plus tristement célèbres organisations terroristes du pays, le Djihad islamique et le Groupe Islamique, dont plusieurs étaient détenus sous haute sécurité après avoir été condamnés à mort pour avoir commis des actes terroristes particulièrement haineux en Égypte.

On oublie souvent que Morsi lui-même, le Président d’Égypte, est un ancien détenu, ayant été emprisonné pour son projet d’imposer la charia dans l’ordre social – ce qu’il fait maintenant sans entraves, y compris en convoquant ou en libérant des djihadistes pour soumettre les Égyptiens qui s’opposent à l’islamisation de l’Égypte, qui compte des millions de chrétiens et de musulmans libéraux.

Photo 1
En d'autres termes, Morsi a besoin de toute l'aide qu'il peut obtenir, et ce n'est certainement pas exagéré de croire qu'il ferait venir des djihadistes étrangers. À titre d’exemple, voici une liste du groupe djihadiste Ansar Al Sharia (les Défenseurs de la charia) circulant sur Twitter, avec les noms des personnes qu’ils comptent assassiner si Morsi devait échouer : le nom du nouveau pape copte Tawadros y figure.

Photo 2
En outre, le niveau de violence infligé à ce jour aux manifestants égyptiens peut certainement être qualifié de terrorisme. Mis à part les Égyptiens qui ont été tués par les milices des Frères musulmans, voici des photos ci-contre (1,2,3) de ceux qui ont été battus et torturés. Beaucoup de ces victimes racontent la même histoire : ils étaient forcés d'avouer publiquement que des sources « extérieures » les avaient embauchés pour protester, faute de quoi ils seraient sévèrement battus et torturés. Les Frères musulmans, qui engagent des djihadistes étrangers, font de la projection à la manière typique des islamistes et tentent de présenter la révolte citoyenne comme une conspiration étrangère.

Photo 3
Il n'y a aucun doute que les Frères musulmans ont toujours été plus intéressés par le renforcement de l’islam que l’amélioration de l’Égypte – une conséquence naturelle de la mentalité islamiste pour qui le triomphe de l'islam et des musulmans, la « Oumma collective », est plus important que le succès de la nation et de ses voisins immédiats.

Étonnamment, il y a quelques jours, sur une chaîne égyptienne par satellite, un responsable des Frères musulmans a admis que « Oui, le Guide suprême des Frères musulmans contrôle Morsi »  à un présentateur sidéré, qui, résigné, a dit : «Eh bien, c'est ça, c’est fini. Quoi dire de plus ? »

En effet, que peut-on dire de plus sur un Président égyptien qui terrorise les citoyens pour leur faire accepter la charia ?
Source : 3,000 Foreign Jihadis to Terrorize Egyptian Opposition?, par Raymond Ibrahim, ME Forum, 11 décembre 2012. Traduction par Poste de veille

L’islam est la seule « religion » au monde

qui s’attaque à tous les Peuples de la Terre.

Combattez-le !... pour notre survie.