mercredi 31 octobre 2012

Les Français hostiles à l’intercommunalité


Il faut tout d’abord rappeler que la « Loi relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale », dite Loi Chevènement, fut adoptée en 1999 sans réelle concertation des élus locaux, en pleine période de cohabitation Chirac-Jospin. Les Français, quant à eux, ne furent jamais consultés. Là non plus.
Cette Loi correspond strictement aux directives de Bruxelles visant à faire passer la France de 36000 Communes à environ 9000. Un quota copié sur le modèle allemand et qui tient davantage de la fusion de Communes plutôt que d’une véritable intercommunalité, rompant ainsi avec une vieille tradition gauloise qui veut que le Chef du village soit élu par ses habitants. Dans cette Loi, le président de l’intercommunalité est choisi et élu parmi les représentants des Communes réunis en conseil d’administration. Il n’y a donc plus de suffrage universel direct. Loin des yeux, loin du Peuple. Comme très souvent, les lois structurelles européistes sont parées d’une dénomination n’ayant pas grand-chose à voir avec son contenu réel. Grande spécialité socialiste !... (Ndlr FPI)


Selon un sondage CSA à paraître jeudi dans Le cri du contribuable, plus des deux tiers des Français (69%) estiment qu'il y a trop d'échelons politiques et administratifs en France.

Interrogés sur le fait de savoir s'il est "nécessaire de supprimer" l'un des cinq échelons (État, régions, départements, structures intercommunales et communes) "pour contribuer au rétablissement des finances publiques", les sondés sont 38% à répondre "tout à fait". 31% ont répondu "oui, plutôt". 15% ont répondu "non, plutôt pas", 7% "non, pas du tout", soit un total de 22% d'avis défavorables. 9% sont sans opinion.

Parmi ceux souhaitant la suppression d'un échelon, 40% préconisent en priorité celle des intercommunalités, 26% celle des départements, 19% celle des régions, 9% celle des communes. 6% ne se prononcent pas.

D'autre part, 85% se disent favorables à "la suppression du cumul des mandats pour obliger les élus à n'occuper qu'un mandat à la fois", 89% sont pour "la suppression du cumul des rémunérations pour les élus qui exercent plusieurs mandats".
La question posée ne précise pas que le cumul des indemnités est plafonné (8.200 euros brut par exemple pour un maire président d'une communauté urbaine).

Interrogés sur le fait que "la France compte près de 600.000 élus" et sur le fait de savoir si "ce nombre est excessif, insuffisant ou justifié", 78% répondent qu'il est "excessif".

La question ne précise pas que 80% des élus sont des bénévoles. C'est notamment le cas des conseillers municipaux, qui sont près de 520.000 selon la Direction générale des collectivités locales.

Sondage réalisé en ligne du 9 au 11 octobre auprès d'un échantillon national représentatif de 1014 personnes âgées de 18 ans et plus et résidant en France. Méthode des quotas.
Avec AFP

L’islam est la seule « religion » au monde

qui s’attaque à tous les Peuples de la Terre.

Combattez-le !... pour notre survie.