vendredi 26 octobre 2012

Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : les ONG face à l'État


Depuis plus d'une semaine, sur le site de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, plus de 500 gendarmes et policiers s'opposent à de nombreux militants venus de toute l'Europe pour dire non à un très vieux projet d'aéroport.
Face au développement de cette « guérilla rurale » entre les protagonistes, les grandes ONG écologistes ont organisé une conférence de presse à Paris pour évoquer la brutalité policière de ces derniers jours.


Plusieurs organisations, parmi lesquelles Greenpeace, Attac et Agir pour l'environnement, se sont rassemblées ce jeudi pour adresser une déclaration solennelle au gouvernement. Elles veulent soutenir ceux qui, sur place, disent « non » au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes et mobiliser l'attention des médias sur la brutalité des engagements entre pouvoir public et militants.
« Nous sommes mobilisés aujourd'hui avec d'autres associations pour rappeler notre engagement ferme et déterminé contre ce projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, et exprimer notre indignation quant à la manière de faire, aux expulsions, aux expropriations qui ont lieu sur place contre des militants qui ne sont là que pour s'exprimer pacifiquement, que pour dénoncer un projet auquel ils ne croient pas, un projet climaticide qui va à l'encontre des objectifs fixés par la France des réductions de gaz à effets de serre, explique Jean-François Julliard, le directeur de Greenpeace France. On a donc adressé une lettre à Jean-Marc Ayrault pour qu'il change sa manière de faire et surtout qu'il renonce à ce projet inutile, coûteux et dangereux pour l'environnement ».
Une déclaration pour amener l'État à se montrer plus vertueux sur un dossier emblématique, alors que le gouvernement se prépare à de grandes réunions sur l'énergie.
Avec RFI

L’islam est la seule « religion » au monde

qui s’attaque à tous les Peuples de la Terre.

Combattez-le !... pour notre survie.